Les fêtes du mois

Retrouvez chaque mois le descriptif des fêtes religieuses.

NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2021

 

  LE 1er NOVEMBRE : TOUSSAINT

Fête de tous les saints, la Toussaint célèbre tous les chrétiens qui, par leurs actes exemplaires, ont été accueillis auprès de Dieu, baptisés et canonisés. Les apôtres, les évangélistes, les docteurs de la foi ou encore les martyrs sont devenus saints par béatification ou canonisation. Ils deviennent les saints du calendrier et les nouveau-nés portent leur prénom pour s’inspirer de leur conduite. Tous les chrétiens ont vocation à être saint. La croyance en la vie éternelle est forte dans les trois monothéismes, Luc affirme que les morts ressuscitent (Luc XX, 37) et Jésus évoque ce paradis comme un état spirituel, la vie éternelle étant une sorte d’extase. Ce jour-là, on va fleurir les tombes de tous les saints et des êtres aimés car ils sont ressuscités. Fixée à la date du 1er novembre par le pape Grégoire IV au IXe siècle, la Toussaint pourrait trouver son origine dans la fête celte de Samain, qui durait une semaine à partir de l’équinoxe d’automne. Devenue « Halloween », elle fut importée aux Etats-Unis par les Irlandais au XIXe siècle.

 

 LE 2 NOVEMBRE : DÉFUNTS

Jour des morts « trépassés ». C’est le jour des défunts où l’on célèbre la naissance des morts à l’éternité. La visite aux tombes est le rite prédominant mais il se confond avec la Toussaint.

 

 LE 28 NOVEMBRE : DIMANCHE DE L’AVENT

Quatre semaines avant Noël, le dimanche de l’Avent ouvre le temps de l’attente joyeuse de la naissance de Jésus. C’est l’espérance du royaume et le moment où l’on se met en condition pour recevoir l’Enfant Dieu. Il est bon de se confesser et d’aller à la messe en semaine.

 

 DU 29 NOVEMBRE AU 6 DÉCEMBRE : HANOUKKA, L’INAUGURATION

Célébration du combat victorieux pour l’indépendance mené par le juif Judas Maccabée contre la dynastie grecque, héritière d’Alexandre. Quand les juifs reprennent le Temple de Jérusalem, où l’occupant avait introduit des dieux étrangers, il faut le purifier. Selon la tradition, il est nécessaire de faire brûler une lampe pendant huit jours pour ôter une souillure. Par miracle, une fiole prévue pour durer une seule journée se consume pendant huit jours. C’est la Fête de la lumière, qui brille sur le candélabre rituel pour permettre l’inauguration du Temple de Jérusalem. Ce dernier fut ainsi de nouveau consacré au judaïsme, grâce à la victoire des Maccabées, importante dynastie de prêtres, sur le roi grec Antiochus qui avait profané le site sacré avec des idoles. C’est le symbole de la victoire de la lumière sur les ténèbres, où se complaisent les forces du mal. Chaque soir doit être éclairé par une lumière nouvelle.

 

 LE 8 DÉCEMBRE : IMMACULÉE CONCEPTION

Célébration de la conception « sans tâche » de la Vierge Marie, c’est-à-dire exempte du péché originel. Ce concept ne doit pas être confondu avec la conception virginale de Jésus-Christ, appelée « Incarnation ».

 

 LE 25 DÉCEMBRE : NOËL

Cette fête solennelle de la Nativité est devenue populaire dans le monde entier. Intervenant neuf mois jour pour jour après l’Annonciation, elle rappelle l’incarnation d’un message divin dans un nourrisson qui va grandir et devenir le Messie, fils de Dieu devenu homme pour partager notre condition. L’enfant qui vient de naître va permettre au monde d’être sauvé. Il proclame l’amour de Dieu et annonce son règne. La naissance qui nous est rapportée a lieu dans l’humilité et la pauvreté absolue. L’enfant repose dans une mangeoire dans une grotte à Bethléem entouré de sa mère Marie, de son père adoptif Joseph, des bergers qui ont l’intuition de sa divinité, d’un bœuf et d’un âne. La tradition a ajouté à la fête le sapin illuminé, symbole de la vie éternelle, et le Père Noël, héritier de saint Nicolas ressuscitant des enfants, popularisé par les publicités de Coca-Cola dans la première moitié du XXe siècle.