Les fêtes du mois

Retrouvez chaque mois le descriptif des fêtes religieuses.

FÉVRIER 2020

 

 LE 2 : CHANDELEUR

Jésus proclamé lumière des nations

Appelée fête des chandelles car, recevant pour la première fois Jésus au Temple de Jérusalem, le prêtre Siméon le proclame « lumière pour éclairer les nations païennes ». Cette lumière est symbolisée par la flamme des cierges, traditionnellement bénis et distribués ce jour à la messe.

 

 LE 10 : TOU BICHVAT
Nouvel an des arbres
Pour les juifs, l’amour de Dieu ne peut exister qu’à travers l’amour de tout ce qui est vivant. C’est pourquoi ils célèbrent le renouveau de la Terre. La fête rappelle que la nature est placée sous le regard du Créateur. Le père de famille récite une bénédiction remerciant Dieu « qui crée toutes sortes de nourritures ». Les garçons y dégustent des olives qui évoquent la sobriété et la solidité, et les filles savourent des noix, en témoignage de la primauté des qualités intérieures. Cette fête, strictement religieuse à l’origine, appartient aujourd’hui aux laïcs qui en font une journée de l’écologie.

 

 LE 25 : MARDI GRAS
Dernier jour où l’on peut vivre dans la réjouissance voire, masqué, dans l’abus avec ce « jour gras » qui prépare la longue abstinence du Carême. Le mimétisme du rire y rend les gens heureux.

 

 LE 26 : CENDRES
Début du Carême
Avec l’application des cendres sur la tête ou le visage, c’est le premier jour de l’affliction liée à la mort prochaine du Christ. Le Carême commence le quarantième jour avant Pâques, quarante-sixième si l’on décompte les cinq dimanches du Carême et celui des Rameaux. Les chrétiens pratiquent le jeûne et l’abstinence pour se préparer à la semaine sainte. La sagesse du jeûne vient de ce qu’il nous prive, pour laisser symboliquement un excédent de nourriture pour le partage et l’aumône. L’abstinence plonge le croyant dans un état contemplatif et fragile, propice à la réflexion.